Chemical Reaction

Si vous croyez qu'il y a rien après la mort, vous avez tort.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

  M A U V A I S E V O I E • M - N

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: M A U V A I S E V O I E • M - N   Lun 4 Aoû - 20:23


S h a m e o n m e


Melvin Norton ▬ Mel' ▬ Rancune ▬ Musicien ▬ Adam Levine


I live   Caractère
La vie est drôle quand on est heureux ? Haha. La vie est rarement drôle.



C'est quelqu'un de plutôt sec, Melvin. Il n'hésite jamais à agir, à dire aux autres d'agir, ou alors si ça ne marche pas comme il veut, à agir à leur place.

Il est assez pet-sec, il n'aime pas quand tout reste figé, quand rien ne bouge. La vie n'est faite que de changements, la routine est la fin de toute chose, vivre les mêmes aventures chaque jour ne représente pour l'Homme rien d'intéressant, rien d'enrichissant, voilà ce que pense Melvin.

Oh, bien sûr, c'est la Rancune, mais il n'est pas vraiment mauvais au fond. Mais quand on lui a fait un sale coup, quand on lui a causé du tord, c'est même plus la peine de revenir, il vous repoussera. Sinon, avoir une relation saine avec lui n'est pas bien compliqué. La seule étape délicate, c'est celle qui consiste à gagner sa confiance, parce que la confiance est une chose précieuse, qu'il ne faut pas offrir à tout le monde, et ça le jeune homme l'a bien compris.

Pour supporter Melvin, il ne faut pas être susceptible. Il est souvent sec, il dit les choses comme elles lui viennent, et il n'a pas le réflexe de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler, afin d'éviter de vexer. Les gens ne sont pas faibles, ils s'en remettront si il est désagréable, et souvent, ce n'est rien de bien méchant qu'il crache à son interlocuteur.

Il aime bien prendre les choses en main, aussi. Contrôler, diriger, tout ça, il adore. Il n'est que guitariste et chanteur secondaire dans un groupe, mais souvent, ses partenaires se plient à son avis, parce qu'il est à la fois très logique et pertinent, mais aussi parce qu'ils ont peur de le vexer, mais ça ils ne le montrent pas ; Melvin n'aimerait certainement pas savoir qu'on lui dit oui juste par peur, mais heureusement peu de gens le font.

C'est pas que c'est une brute, mais quand il faut frapper, eh bien il frappe, Norton. Il n'a pas peur de se blesser, il a quand-même du muscle malgré tout, et il est toujours ravi de s'en servir pour autre chose que pour transporter les courses du jeudi jusqu'à chez lui. Si il ne déclenche pas de bagarres ou de conflits, il cherche toujours un prétexte pour s'en mêler, sans vraiment prendre parti. Si il voit deux trois types régler leurs comptes dans la rue, il ira en provoquer un ou deux, ça l'amusera, et après il n'aura qu'à courir pour sauver sa peau. Cette fois-ci, il n'oubliera pas.

Parce que c'est ça qui l'a tué. Il n'a pas pensé à courir, pour sauver sa peau.




Before   Histoire
La tête dans les étoiles ? Non, plutôt contre le sol, ensanglantée.


Melvin est né dans un petit hôpital de New-York, dans un quartier un peu abandonné, il était l'unique fils de deux parents aimants et dévoués. Il n'avaient pas beaucoup d'argent, mais se débrouillaient pour offrir une belle vie à leur fils, et lorsque les moyens leur manquaient, c'était avec un sourire tendre qu'ils le regardaient manger, seul parce qu'ils n'avaient pas les moyens de tous se nourrir. Ils avaient attendu longtemps avant d'avoir un enfant, ils ne pouvaient pas, mais ils ont essayé, essayé, et voilà ce qu'ils ont eu. Un fils, beau, fort de caractère mais plutôt adorable quand il le voulait.

Les années défilaient, Melvin devenait grand, plus assuré, et surtout plus beau. Les gens l'appréciaient beaucoup autour de lui, les filles aussi. Il eut plusieurs petites amies, mais à chaque fois, quelque chose clochait.

« Ses yeux sont bizarres. »

« Sa façon de m'embrasser n'est pas très agréable. »

« Sa voix m'insupporte. »

À chaque fois, Melvin s'inventait une nouvelle excuse pour repousser la jeune demoiselle qui elle, ne demandait qu'à passer du temps avec celui qu'elle aimait. Mais à chaque fois, elle se faisait jeter, et à chaque fois, Melvin s'en voulait de ne pouvoir se stabiliser avec une fille pour des détails aussi insignifiant.

Mais ce n'était que des histoires d'amour qui n'auraient pas pu durer, de toute, façon, il était inutile de se focaliser là-dessus.

Melvin avait désormais 23 ans, et il avait appris à jouer de la guitare. Il jouait d'ailleurs remarquablement bien, et avait été pris dans un groupe de musique. Ce travail lui plaisait beaucoup, certes il ne lui permettait pas de gagner énormément, mais jouer le rendait heureux, il était ravi de ce qu'il faisait, et tant pis pour le reste.

Et un jour dans le groupe arriva un autre guitariste. Il n'avait rien de spécial, il avait été pris comme Melvin, après des auditions faites à la va-vite, mais en le voyant, le jeune Norton s'était arrêté net. Il le trouvait beau, il le trouvait intéressant, drôle. Attirant. Sauf que lorsque Melvin était vivant, on n'était pas au XXIe siècle, et ce genre de... "choses" était plutôt mal vue. Mais force était de le reconnaître : Melvin se sentait attiré par cet homme. Et une fois cette révélation passée, il se rendit compte qu'en fait, les hommes lui plaisaient bien plus que les femmes. C'était pour ça qu'il avait du mal à garder une relation stable avec elles, qu'il s'était inventé des excuses pour les quitter à chaque fois : ce n'était tout simplement pas son domaine.

Mais évidemment, il devait garder ça pour lui. Même ses parents n'étaient pas au courant, et Dieu sait que cela ne les aurait pas dérangés.

Pendant quelques années, Melvin joua encore dans ce groupe, travaillant avec celui qu'il aimait, sans rien dire. Sans rien dire parce qu'il avait honte, il se demandait si il n'était pas malade, il se disait que c'était totalement contre nature, que ce n'était pas ainsi qu'il permettrait à la famille Norton d'avoir encore des descendants.

Petit à petit, au fil des concerts, au fil des années, leur groupe commençait à devenir vraiment connu. Mais Melvin trouvait que la célébrité ne lui allait pas au teint. Il ne voulait pas être reconnu quand il se baladait dans la rue, il voulait vivre tranquillement, seul, inconnu. Et sa soi-disant "maladie" n'y était pas pour rien. Il avait peur que les gens sachent, qu'ils le jugent, et des fois, quand il sortait et que les gens le regardaient, il se posait toujours cette question "est-ce qu'ils savent ? J'ai l'impression qu'ils s'en doutent". Son attitude, ses paroles, sa voix, sa démarche et son style, tout en lui lui donnait l'impression que ça se voyait, il se répétait tout le temps "n'aie pas l'air féminin". Son attitude envers lui-même était vraiment affreuse. Il devenait presque paranoïaque.

Un jour, il décida de quitter le groupe. Ce qu'il fit. Il changea de style de vie, et se retrouva à faire ses propres chansons. Il chantait dans la rue, il essayait de gagner son argent de la sorte, en demandant des pièces aux passants, mais il ne regrettait pas. Il était content de cette vie, modeste, il vivait au jour le jour mais ça lui allait très bien.

Puis il y eut cette après-midi. Cette après-midi où un passant le bouscula alors qu'il était en train de chanter, dans son quartier habituel.

« Eh ! »
« Oh, excusez-moi. Eh mais-- »
« Hmm ? »
« Je vous connais, vous ! »

D'ordinaire, Melvin n'aimait pas vraiment qu'on le reconnaisse, pour quelque raison que ce soit. Mais ce type là lui avait tapé dans l’œil. Sur le coup, il avait oublié les précautions qu'il prenait habituellement, et ne s'était pas gêné pour dévisager l'homme, de façon plutôt impolie même. Mais l'autre avait l'air de faire la même chose de son côté, et ça aussi ça avait plu à Melvin.

Wilhem, il s'appelait. Ils s'étaient parlés, échangés leur coordonnées, puis ils s'étaient revus. Melvin lui avait parlé de sa vie, de son passé, et Wilhem l'appréciait beaucoup. C'était réciproque, évidemment.

Ils se voyaient souvent, très souvent même, et plus ça allait, plus on sentait une certaine tension s'installer entre eux. À ce moment-là, toute trace d'hésitation de la part de Melvin disparut, et il lui avoua "ce qu'il était".

Ce fut le dernier cap à franchir pour qu'ils soient ensemble. Pour Melvin, il était clair qu'il l'aimait, et la réciproque semblait plutôt évidente. Wilhem semblait plutôt attaché à lui, et ensemble, ils formaient un beau couple. Sauf que ce beau couple, personne ne savait qu'il existait, parce qu'ils devaient rester discrets, que personne n'approuverait ce genre de relation "malsaine", et "totalement contre-nature". Alors ils se prétendaient simplement bons amis.

Mais dans certains moments, pendant les repas on abordait ce sujet, et alors, Melvin se sentait mal, il se sentait insulté, rabaissé, et ce indirectement. De son côté, Wilhem avait tendance à s'énerver face à ces paroles, ces insultes et ces critiques. À un point tel que ça en devenait louche. Des fois, on assistait à de grandes poussées de colère, suivies par un silence gênant, et un rougissement incontrôlé de la part de Melvin.

Au fil du temps, Wilhem se refroidissait, surtout en voyant que son compagnon prêtait attention à ce que disaient ces gens. Ils vivaient alors ensemble, s'étaient stabilisés, et une autre tension prenait place entre eux deux, mais pas des plus appréciées cette fois-ci. Car les parents de Wilhem, eux, savaient que leur fils n'était pas destiné aux femmes, et ils en faisaient tout une maladie. Il était donc fréquent de le voir s'énerver au téléphone parce que lors d'une discussion il avait eu le malheur de mentionner Melvin un peu plus qu'en tant qu'ami. Et si ça aurait pu le toucher et lui faire plaisir, ça ne faisait qu'irriter ce dernier, le mettait mal à l'aise, l'inquiétait même.

Un jour, après une énième crise de colère, Melvin voulut partir. Pour la soirée, pour une semaine, pour toujours, il n'eut même pas le temps de le préciser car dès lors que les mots "j'aimerais me barrer d'ici" furent prononcés, il reçut un coup en plein dans le nez. Et là, ce fut Wilhem qui partit, laissant son compagnon essuyer le sang tout seul.

Après ce jour, il se rendit compte qu'il était plutôt simple de faire taire le jeune homme. Il suffisait de le frapper, de le dominer physiquement, et il se tairait enfin. Sauf que Melvin n'est et n'a jamais été du genre à se laisser faire. Alors, il protestait. Alors, il essayait de riposter, ce qui ne provoquait qu'encore plus de coups, encore plus de cris. Encore plus de blessures. Il ne se faisait frapper qu'avec ses poings, mais rien qu'à elles, les mains furieuses de Wilhem lui faisaient plus de mal que n'importe quelle insulte, n'importe quel terme dégradant pour désigner ce qu'ils étaient, pour parler de leur soi-disant maladie.

Mais pire que ses coups, il y avait aussi ses paroles. Ses propres mots, blessants et dégradants.

« Tu as peur, Melvin. Tu as peur d'eux, de ce qu'ils disent, mais le plus effrayant n'est pas leur attitude. Mais la tienne. On dirait que tu hésites. Que tu ne sais plus qui a raison. Tu es faible, Melvin, en les écoutant tu n'iras nulle part, tu cours à ta perte. Ta propre confiance en toi ne te suffit même pas à les ignorer. Tu me fais pitié. »

« ... »

Et Melvin, il ne savait pas quoi répondre à ça. Parce qu'au fond, Wilhem avait raison. C'était vrai, il se laissait trop intimider, il était vraiment ridicule. Mais au fond de lui demeurait une part qui était persuadée qu'il ne méritait pas ça. Cette part aurait pu se faire appeler "le bon sens".

Alors sa vie changea à nouveau. Il était resté avec Wilhem évidemment, car au fond il l'aimait toujours, et de toute façon il n'aurait pas le droit de partir même si il le voulait. Souvent, lorsqu'il s'opposait à son petit-ami, celui-ci le frappait, il le faisait taire. Et ça, Melvin ça le faisait bouillonner de rage. Mais il ne pouvait rien dire. Ce serait prendre bien trop de risques.

Alors, au lieu de quitter Wilhem, il a essayé de voir d'autres gens, de se faire d'autres amis, et là il a rencontré Alice. Alice, c'était juste son amie, son amie proche, celle qui savait ce qu'il vivait, celle qui comprenait sa douleur parce qu'elle aussi avait un mari qui était tout sauf tendre. Avec elle, toute cette souffrance quotidienne paraissait moins dure à subir. Il avait une amie, il pouvait compter sur elle, c'était elle qui le réconfortait, elle qui lui redonnait du courage lorsqu'il devait la quitter pour rentrer à la maison et affronter Wilhem qui le menaçait de lui faire mal si à l'avenir il ne rentrerait pas plus tôt.

Au début, tout ça s'était un peu stabilisé. Mais quand Wilhem eut rencontré Alice, qu'il comprit que c'était avec elle que Melvin passait une grande partie de son temps libre, s'installa quelque chose de dangereux. Une émotion nocive, meurtrière. La jalousie. Melvin n'avait alors plus le droit de sortir trop tard, il ne devait pas traîner pour rentrer à la maison, et surtout il ne devait plus traîner avec cette foutue Alice. La situation s'aggravait, et Melvin n'en pouvait plus. Il tombait à chaque coup que lui infligeait Wilhem, il essayait de se relever mais bientôt, il renoncerait, s'allongerait et fermerait les yeux, parce qu'il en avait plus que marre de tout ça.

Un soir, alors qu'il prenait le chemin de la maison, il fut arrêté au beau milieu de la rue. Il y avait des types, il y avait un air menaçant sur leur visage, il y eut aussi ce "on est au courant, pédé" qui était sortit de la bouche de l'un d'entre eux.

Ils le frappèrent. Une fois, deux fois, trois fois, mais à eux, leurs poings n'étaient pas aussi forts que ceux de Wilhem, et Melvin n'eut pas grand mal à leur échapper. Malgré ça, il lui fallut longtemps pour rentrer chez lui ; il avait dû faire des détours pour échapper à ces gars-là.

Wilhem l'attendait à la maison. Sagement ? Nooon. Déjà qu'il avait été mis de mauvaise humeur par une journée pénible, Melvin était en retard. Alors qu'il en avait la formelle interdiction. Lorsqu'il franchit le pas de la porte, légèrement amoché au visage, il n'eut même pas le temps de s'excuser, de s'expliquer et de raconter ce qui lui était arrivé que l'autre était déjà sur lui, le poing levé.

« Will... Will arrête, je n'étais pas avec elle, laisse moi t'expliquer ! »

Ces mots furent les derniers qu'il put articuler. L'autre ne l'écouta pas, le martela de coups de poings, le jeta à terre, lui envoya ses pieds dans les côtes.

Il ne fallut pas longtemps à Melvin pour céder, peu de sang avait coulé qu'il s'était déjà éteint, éteint sous les coups que lui avait porté l'homme qu'il aimait.

Il avait couru pour échapper aux types. Mais ce qu'il n'avait pas comprit, c'était que le chemin de la liberté n'était pas celui qu'il avait emprunté, qu'en se rendant chez lui il ne serait pas en lieu sûr.

Il avait pas assez couru, Melvin.





Mon pseudo est inutile à préciser, vous avez dû me reconnaître, j'ai bientôt 14 ans ma gueule B) Je suis disponible juste pour les gens qui en valent la peine. J'aime faire des persos gays 8I et j'apprécie moins le fait que Melvin soit un uke. J'aimerai ajouter que cette histoire est cruelle ♥


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Melvin Norton le Dim 28 Sep - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: M A U V A I S E V O I E • M - N   Jeu 7 Aoû - 15:21

    J'te connais pas, t'est qui? qwak.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: M A U V A I S E V O I E • M - N   Jeu 7 Aoû - 18:34

Revenir en haut Aller en bas
Zachary Davis
INNOCENCE
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 04/03/2014

MessageSujet: Re: M A U V A I S E V O I E • M - N   Ven 8 Aoû - 13:54

AAANW *chouine dans son coin*


~~~~~~

Innocence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 05/06/2014
Age : 17
Localisation : À

MessageSujet: Re: M A U V A I S E V O I E • M - N   Ven 8 Aoû - 13:57

Viens chouiner sur la CB espèce d'abr--icot, j't'attends moi ;u;

MAIS ANNW OUI

~~~~~~


In these coming years, many things will change.

But the way I feel will remain the same




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: M A U V A I S E V O I E • M - N   

Revenir en haut Aller en bas
 

M A U V A I S E V O I E • M - N

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemical Reaction :: ONCE UPON A TIME :: Ⅱ . PRESENTATION :: ⅰ . Accepted-