Chemical Reaction

Si vous croyez qu'il y a rien après la mort, vous avez tort.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Présentation Nickolaus /en cours/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 2
Date d'inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Présentation Nickolaus /en cours/    Ven 6 Mar - 19:24


Cauchemar noir


Nickolaus Hoffmann ▬ Niko' ▬ Délicatesse ( si si ) ▬ Peintre ▬ Alex Pettyfer des fois, pas tout le temps je refuse la gueule de cette acteur pour Niko des fois è_é


I live Caractère
La vie est drôle quand on est heureux!




Nickolaus est un mélange de dépravation et d'une certain classe. La moitié de son temps il l'occupe a boire en peignant et l'autre moitié a courir le monde. Vendre ses tableaux, revendre des tableaux au marché noir s'amusant plus avec les gens de " la nuit " qu'avec ceux du jour qu'il ne voit que pour vendre ses tableaux. Nickolaus a l'air charmant de loin, un sourire gentleman sur les lèvres et un regard perçant qu'il tournera très vite sur votre petit ami, des gestes très doux et précis.

C'est ce qui surprend chez lui, son infaillible délicatesse. Chaque geste est mesuré tout comme il le faut et c'est une des raisons pour laquelle ses tableaux sont 'parfait' -du moins ceux qu'il montre au publique-. Mais Nickolaus n'est pas une personne délicate en sois, elle n'hésitera pas a vous faire du mal -enfait il ne pensera même pas a cet hypothèse-. C'est aussi un très bon flatteur qui saura exactement comment vous mettre dans sa poche ou alors comment gâcher votre soirée a la perfection, il s'en amusera d'ailleurs très souvent.

Mais tout cela avec délicatesse bien entendu. Aucun rentre dedans et si la violence est de mise il saura user de stratagème pour tourner votre force a son avantage. Il n'as pas vraiment d'éthique mais s'en donne une pour le publique.

C'est aussi une personne torturé qui se renferme très souvent sur lui même, se cachant dans son appartement pour peindre des horreurs tout en buvant et buvant ne dormant pas plusieurs nuit de suite jusqu'à arrivé au bord du comas pour finalement sortir de chez lui se trouver un éventuel coup pour se remonter le moral.









Before   Histoire
La tête dans les étoiles ...



Nickolaus jugea l'expérience n°37 du regard sans savoir que c'est cet homme qui allait changer sa vie et la finir. Encore un triste jour dans un camps de concentration. 'Triste' n'étant qu'un euphémisme de cette tuerie devenu habituelle. Ici la mort est partout et souriait aux hommes, femmes et enfants portant une petite étoiles sur leur torses rachitique, elle leur souriait et leur tendait la main en les délivrant de la stupidité humaine, de la douleur et du désespoir pour rejoindre un quelconque paradis ou île mystérieuse.

Mais pour certain elle prenait le temps de les observer et ce fut le cas de Nickolaus et l'expérience qui se nommait Paul, juif et français. Nickolaus, issus d'une bonne famille allemande était pourvu d'une bonne éducation et d'une grande intelligence, il apprit rapidement le français et l'anglais dès son plus jeune age visant a travailler dans les affaires du monde. Mais plus tard il se trouve une passion et un don pour la science qu'il cultiva toute sa vie.

Rien ne le paraissait plus intéressant que de savoir si ce mélange allait avoir cet effet ou non sur un autre, si les molécules de nos corps étaient apte a résister a ce poison si l'on l'aidait avec cet antidote. Et si oui comment ? Avec quoi précisément ? Les camps de concentrations lui donnèrent tout le loisir d'étudier tout et n'importe quoi sur des corps humains.

Nickolaus faisait partit des gens qu'on connaissaient dans le camps. Cruel mais pas violent, quelque juifs s'autorisaient parfois a lui cracher sur les bottes de son uniforme kaki mais il ne réagissait pas vraiment. Il sait que de toute façon dans moins de vingt minutes il contemplera leur mort a tous et qu'il pourra cracher sur leur corps si l'envie lui prend. Mais non il ne crache pas sur les corps. Ces précieux corps qu'on peut ouvrir pour essayer d'y découvrir mille et un secret que personne n'as su encore dénicher dans les entrailles de la complexité humaine. Nicko pouvait effectivement passer une nuit entière a trifouiller dans un cadavre et pour cela personne ne lui adressait réellement la parole.

Comme dit précédemment Nicko' est fils de bourgeois partisans du nazisme et d'Hitler fondant toute leur croyance dans ce petit homme. Quand ils eurent un fils blonds aux yeux bleu, grand et fort ils firent tout comme il faut pour qu'il devienne leur idéal Aryen et Nicko n'eu pas l'occasion d'être autre chose. C'est pour cela qu'il accepta quand on lui proposa de pouvoir effectuer ses recherches sur des humains. Nickolaus participait a l'amélioration de la vie de demain, non ? Il allait aider des générations et des générations en trouvant des antidotes a toute ces maladies qui faisait tant de mort. Il se le répétait quand la nuit venait et qu'il revoyait ces juifs, ces humais comme lui, sortir du train et s'aligner dans le camps.

Toute ses croyances, ses opinions, sa vie lui disait de haïr cet homme, cette énième expérience. Mais non. Quand Nicko posa ses yeux dans les siens et qu'il soutenu son regard s'attendant a que l'autre baisse le sien il eu juste une réflexion qui lui fit faire plus d'une nuit blanche.

Cet homme est beau. Des cheveux bruns, une lèvre fendu et des pommettes haute qui se finissait sur une mâchoire prononcé a cause du manque de nourriture lui faisant un visage dur. Seul son regard lui paru humain, des yeux verts aux milles nuances qui le fascinèrent le temps d'un instant et qui hantèrent ses nuits cauchemardeuse.
***
L'allemand s'approcha de moi et je cru que j'allais prendre un énième coup, soutenir le regard pouvait leur suffire. Ils frappent pour un rien. Mais je ne baiserais jamais les yeux, je les regarderais jusqu’à qu'ils me tuent. Je veux qu'ils me voient, qu'ils voient l'humain qu'ils assassinent. Il attrapa mon menton et baissa son regard vers ma lèvres fendu a cause d'un 'règlement' de compte. Je vis qu'il plissa les yeux et si il n'y avait pas deux autres brutes pour me retenir je l'aurais empêcher de me toucher.

<< On vas soigner ça et tu vas pouvoir manger. >>

Manger ? Il parle français ? Je ne pu m’empêcher d'écarquiller les yeux. J'ai compris. C'est un scientifique et je vais servir de cobaye comme plusieurs hommes du camps qui finissent par...mourir. Comme tout le monde ici.


***

Nickolaus ordonna qu'on laisse l'homme tranquille et qu'on ne le fasse subir aucune sorte de violence, pour la science évidemment. Au début ce fut ça. Chaque expérience de Nickolaus avait droit a un moment de répit, puisqu'il fallait le garder en vie et bien nourrit le temps de ses expériences. Nicko' lui fournissait de quoi se tenir en "bonne forme" pour qu'il ne subisse que ces expériences et éviter que d'autres éléments ne viennent altérer ses résultats. Rapidement il rencontra des résultats positifs et ce fut une grande victoire parmis les nombreuses défaites. Paul survécu a plusieurs maladies qu'il lui avait lui même injecter.

Au désespoir de sa mère chaque jeune fille blonde qu'elle présentait a Nickolaus ne l'intéressait pas. Il n'aimait pas l'idée de partager sa vie entre l'amour et le travail et jamais il n'eu de réelle attirance pour quelqu'un. Il eu juste un amour qui se résuma a une nuit humide d'alcool et qui ne laissa qu'un souvenir lointain et des traces de rouges a lèvres le long de son cou qu'il essuya rapidement avec un dégout inexplicable.

Leur relation aurait pu en rester au contrôle de routine et au expérience mais Paul lui posait sans arrêt des questions sur ce qu'il faisait sur lui. Nicko lui répondait a chaque fois et par la pure vérité ne lui cachant rien sur les virus que contenait chaque seringue qu'il enfonçait dans son bras. Le naziste éprouvait une étrange curiosité envers cet homme et lui posa des questions en retour, d'abord sur sa vie. Il n'eu aucune réponse au départ...

***

<< Je réponds a tes questions moi. >>

L'allemand parlait sur un ton accusateur et je lui rendi un regard noir qui ne le perturba pas. Il soignait une blessure a l'épaule, malgré la 'protection' j'avais droit a des coups. Et c'est la que je me rendis compte que j'allais forcément mourir et que personne ne se souviendrait de moi réellement. Que toute mon existence allait s'éteindre au milieu de tas d'autres et que personne ne serais mon histoire. Et je lui répondit. Je ne me souviens pas avoir parler aussi longtemps depuis des lustres. Il écouta tout avec son regard neutre qu'il portait tout le temps sur moi.

Je ne le pense pas réellement méchant, il est juste victime de cette...façon de pensé. Sauf que lui il ne mourra pas. Lui, il vivra et j’espère que toute ma vie il l'aura sur la conscience.


***

Et ce fut le cas. Suite a ce jour la Nickolaus fit plusieurs rêves ou il tuait Paul. Il le frappait a mort, l'égorgeait ou lui perforait l'estomac avec des seringues pour a chaque fois finir par pleurer sur son corps. Une odeur de pourriture l'assaillait ensuite et il se voyait lui même entrain de moisir et mourir. Chaque rêve le laissait complétement perdu et terrifié.

Quelques somnifère l’aidèrent ensuite a dormir paisiblement mais il y avait quand même quelque chose de différent. Il ne pouvait plus les regarder en face. Les centaines de milliers de personnes qui mourraient ici. Avant il plongeait son regard dans leur pupilles et ils baissaient les yeux mais maintenant c'est lui qui détourne son regard. Il se sent comme fautif, comme si ce qu'il faisait est...mal ? Mais non, ça ne peut l'être ! Tout le monde sait que ce qu'il fait c'est pour le bien de l'humanité ! De la race humaine !

Alors pourquoi ? Pourquoi s'en vouloir ?

C'est a partir de ce moment la qu'il tricha.

Il n'injecta plus de maladie, il s'inventa des tests et des résultats faisant croire au monde qu'il continuait ses travaux mais il n'en faisait rien. Il se répeta que c'était pour sa conscience, juste pour se sentir moins mal. Les nuits suivante il dormit mieux, cet acte de trahison envers tout ce qu'il devait être soulageait sa conscience, cet acte infime et ridicule lui suffisait.  

***

<< Je suis un monstre non ? >>

Je sais que depuis plusieurs semaines je ne ressens plus de douleur a causes de ces expériences. Il ne me parle plus non plus et c'est la première phrase qu'il m'adresse depuis un moment. Je l'entend presque comme un soulagement, un désir secret. Je fixe son regard douloureux et j'aimerais pouvoir en rire. Rire de lui. Rire de moi. Rire de nous. Parce que je sais qu'il y a quelque chose et je refuse de le nommer par un nom. Mais il y a quelque chose.

<< Oui. Mais tu as quelque chose d'autre. Soit quelqu'un d'autre...Nickolaus.>>

Je fixe son regard bleu et je sais qu'il vas s'approcher. Et il s'approche. J'ai toujours su cacher mon attirance anormale que j'ai depuis toujours mais je n'en n'ai plus rien a faire.

Je ne sais pas dans quel monde on est et quel homme je peux être pour pouvoir avoir des sentiments pour un homme qui voulait ma mort mais je l'embrasse parce que je sais que je n'embrasserais plus personne d'autre dans ce monde et que ces caresses m'éloigne de son laboratoire et de ce camp, que son regard brulant ne nous conduira qu'a la mort et je l'attend cette délicieuse mort. J'attend cette délivrance autant que j'aimerai pouvoir rester avec cet Allemand au moins une nuit.

Mais non. Ce soir je sais que je vais mourir parce qu'il pleure en gémissant contre mes lèvres. C'est finit.


***

Nicko resta un moment dans son labo' en se frottant les lèvres encore et encore et encore et encore...Qu'a t-il fait ? Que devient il ? Un frissonnement le secoue et un gémissement traverse ses lèvres. Il effectue quelques pas dans cette pièce grise sans pouvoir enchainer des pensées cohérente. Il...Il a ressenti des choses pour cet homme. Il l'as même...l'allemand repense a cet instant partagé entre le dégout et l'émerveillement. Il n'avait jamais ressenti quelque chose comme ça.

Jamais.

Ses mains tremblèrent un instant et il releva les yeux vers son reflet dans le métal gris d'une table d'osculation. Il ne fallait pas. Il ne fallait pas qu'il re-ressente cette sensation. Qu'il...l'embrasse encore. Que cette chose qui monte en lui ne devienne trop importante. Le lendemain il reprit ses expériences mais n'injecta même pas d'antidote.

***

<< C'est rapide ? >>

J'attend devant la porte en lui tournant le dos. Je sais ce qu'il a fait et je pourrais presque le remercier. Il me donne ma délivrance parce que je lui fais peur. Parce que je sais ce qu'il ressent.

<< ...Oui. >>

<< C'est douloureux ? >>

<< Non. >>

<< J'espère que tu ne fuira pas ce que tu es toute ta vie. >>

***

Nickolaus fixe son laboratoire vide. Il n'as plus de travaux en cours et refuse d'autres expériences. On doit venir le chercher d'ici quelques jours car il n'as plus d'utilité dans le camp. Il ne pense plus qu'a lui, qu'a ses lévres contre les siennes et son désir d'en avoir plus. D'être avec cet homme.
Et il se dégoute, il ne se comprend pas. Il est anormal, il est détestable, il n'est pas l'homme qu'il devrait être. Pourquoi ressent-il toute cette peine ? Ce désespoir ? Pourquoi a t-il eu cette impulsion, ce désir de sentir ses lévres sur les siennes.

L'allemand fixa une seringue sur son plan de travail, il l'as prit et s'assit a son bureau retournant doucement sa manche, mesurant chaque geste. Il passa d'abord du désinfectant sur son avant bras sans savoir pourquoi, par automatisme. Il posa ensuite l'aiguille contre sa peau blanche et la fixa un long moment avant de l'enfoncer dans son épiderme et il injecta le poison dans son sang.

Il savait qu'il ne lui restait qu'environ deux heure a vivre et il les passa assis a fixer un mur blanc, il attendit la mort patiemment n'esquissant aucun geste malgré la douleur. Il n'avait pas d'objectif idyllique comme le rejoindre ou ne plus avoir a supporter la vie sans lui. Non.  Il voulait juste en finir avec sa propre personne parce qu'il n'est pas ce qu'il devrait être.





Mon pseudo est Lisouu, j'ai 15 ans mais j'suis pas p'tite -si enfait- ans et je suis disponible Le week end et le mercredi eventuellement. J'aime Kim et j'apprécie moins Kim. J'aimerai ajouter que la guerre c'est mal


© Halloween de Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Présentation Nickolaus /en cours/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Opéra de Paris - 2009/2010 (Présentation de la saison)
» Opéra de Lille - Saison 2008-2009 Présentation
» Recherche cours/prof de guitare slide sur Paris
» Recherche cours de batterie (niveau débutant) sur Rennes
» Enregistrement, Sonorisation et cours de batterie !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemical Reaction :: ONCE UPON A TIME :: Ⅱ . PRESENTATION-